Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

L'eczéma

De toutes les affections de la peau, c’est la plus fréquente et ça n’est pas prêt de s’arrêter : en l’espace de 30 ans, l’eczéma a plus que doublé.
Des plaques rouges qui démangent, des croûtes sèches et des petites vésicules : voilà qui ressemble fort à un eczéma.
 

Cette inflammation de la peau n’épargne personne : bébés, enfants, femmes ou hommes. En plus, l’eczéma a une fâcheuse tendance à récidiver.
Heureusement, il y a toujours moyen d’enrayer une poussée. Votre médecin et votre dermatologue sont là pour vous aider.


L’eczéma chez les enfants



  • De quoi s’agit-il :

    Chez le tout petit, l’eczéma est localisé au niveau des pommettes et du corps. Vers l’âge de 2-3 ans, il atteint plutôt les plis de flexion du coude et du genou. Bien que sa localisation change, la cause est la même : comme un ou plusieurs de ses proches parents sont allergiques, l’enfant a hérité d’un terrain à risque. Et l’une des premières manifestations de cette hypersensibilité, c’est cet eczéma atopique. Il évolue sur un mode chronique. Tantôt l’eczéma fait peu parler de lui. Et tantôt il repart de plus belle.
     
  • Comment stopper une poussée :

    Les crèmes dermocorticoïdes en cure courte viennent facilement à bout d’une poussée, mais n’empêchent pas les récidives, d’où l’intérêt des mesures de prévention. Les antihistaminiques (par voie orale) sont aussi utiles quand la peau démange trop, alors que les antibiotiques locaux sont réservés aux surinfections.
    Seuls quelques eczémas rebelles ou sévères relèvent d’un immunosuppresseur par voie locale (tacrolimus, sur ordonnance d’un pédiatre ou d’un dermatologue). Enfin, on évite de vacciner l’enfant lorsqu’il est en poussée.
     
  • Comment empêcher la récidive :

    Comme la chaleur dessèche la peau et favorise l’eczéma, il est recommandé de ne pas chauffer à plus de 19°C. Le fait de s’habiller ou d’habiller ses enfants uniquement avec des vêtements en coton, d’éviter les douches ou les bains chauds prolongés (pas plus de deux douches ou bains tièdes et rapides, par semaine), mais aussi d’ hydrater sa peau peuvent permettre d’empêcher la récidive. Après, ce n’est qu’une affaire de patience.
    En effet, 90 % des eczémas atopiques, disparaissent avant l’adolescence.
     
  • Quand faire un bilan allergologique :

    Il faut avoir le bilan allergologique facile devant un eczéma qui n’en finit pas de s’étendre malgré le traitement des poussées (dès 3 mois). On a parfois la surprise de découvrir une allergie à l’oeuf, au lait, à l’arachide, à la moutarde ou au poisson, qui sont les cinq allergies alimentaires les plus fréquentes des jeunes enfants.
    L’allergologue peut alors proposer un régime sans l’aliment suspect pour voir si l’eczéma s’améliore. Un bilan est également utile lorsqu’un rhume des foins, une allergie alimentaire, un asthme, etc., prennent le relais de l’eczéma atopique. Parlez- en à votre médecin qui vous guidera vers les spécialistes adéquats.
     

L’eczéma chez les adultes


  • De quoi s’agit-il :

    Moins de 10 % des enfants qui avaient un eczéma atopique gardent ce problème à l’âge adulte. En revanche, plus nombreux sont les adultes à présenter un eczéma de contact avec certains cosmétiques, le nickel, le caoutchouc et une substance (le PPD) des tatouages temporaires. Dans ce cas, le verdict ne se fait pas attendre : dans les
    24 à 48 heures qui suivent le contact malheureux, la peau est rouge et démange .
     
  • Comment empêcher la récidive :

    Tout rentre dans l’ordre avec des crèmes dermocorticoïdes et l’éviction du produit suspect, si le contact s’arrête définitivement.
    Problème : ce n’est pas toujours aisé quand il s’agit d’une substance avec laquelle on est en contact pour des raisons professionnelles (un reclassement doit parfois être envisagé) ou d’une substance qui entre dans la composition d’un grand nombre d’objets comme le nickel (il y en a jusque dans nos pièces en euros) ou le caoutchouc.

    Cela se complique même carrément en cas d’eczéma de contact aux cosmétiques.
    Les tests cutanés (patchs dans le dos) sont alors indispensables pour repérer le ou les ingrédients en cause. Et l’aide de votre pharmacien, fort utile pour vérifier si le cosmétique que l’on veut acheter n’en contient pas.
     

L’allaitement anti-eczéma


Chez les bébés issus de familles d’allergiques, l’allaitement semble retarder l’apparition de l’eczéma atopique et limiter son extension. Sinon, en cas d’allergie avérée, votre pharmacie Giropharm peut vous recommander des laits spéciaux pour votre bébé.


Les cures thermales spécialisées


Des stations comme Avène-les-Bains, La Bourboule, St Gervais, La Roche Posay, Uriage les Bains, etc., sont spécialisées dans les affections de la peau.
Leurs eaux thermales sont anti-inflammatoires pour la peau. Et les massages pratiqués sur place, viennent à bout du stress, un facteur de risque de récidives des poussées d’eczéma.
Chaque cure dure 3 semaines et les soins sont partiellement pris en charge, sous réserve d’entente préalable avec la sécurité sociale.
 

Les numéros utiles


Association Asthme et Allergies au 0 800 19 20 21.

 

Sources : InVS, INPES, Quotidien du Médecin, Sécurité routière.
(Merci au Dr Catherine Quequet, allergologue et auteur de «Vaincre l’allergie : souffrir n’est plus une fatalité», éd. Alpen).