Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Traitement des allergies

Se soigner permet d’améliorer de façon certaine sa qualité de vie. Un printemps sans nez bouché, c’est possible pour les allergiques aux pollens. Se traiter, c’est aussi limiter le risque d’aggravation (du rhume à l’asthme) et de complications (polysensibilisation).

 

Comment traiter ?


«Entreprendre un traitement protège de l’installation d’autres allergies, confirme le Dr Silcret-Grieu. Ainsi, traiter un asthme allergique réduit l’inflammation de la muqueuse des bronches. Ce faisant, on réduit la possibilité de pénétration, à ce niveau, d’autres allergènes et le risque de sensibilisation.» Plus on se traite tôt, meilleurs sont les résultats.

L’idéal consiste d’abord à évincer le coupable (médicament, aliment). C’est impossible pour les acariens ? Le médecin conseille des mesures simples qui permettent de réduire leur présence : aérer la maison tous les jours, éviter la moquette et les animaux domestiques dans la chambre, renouveler la literie de façon régulière. «Un matelas se change en moyenne tous les cinq à six ans, et un oreiller tous les deux ans», signale le Dr Silcret-Grieu. En dehors des cas où l’allergie nécessite un traitement d’urgence spécifique, il peut prescrire des médicaments qui réduisent les symptômes. Les corticoïdes en font partie.

Les antihistaminiques aussi, dont certains sont en vente libre en pharmacie. Quant à la désensibilisation, elle a prouvé son efficacité contre certaines allergies respiratoires et s’avère quasiment toujours efficace en cas d’allergie aux venins d’hyménoptères (guêpe, abeille). Possible dès l’âge de 5-6 ans, elle consiste à habituer l’organisme à ne plus réagir en le mettant en présence de doses croissantes d’allergènes.

Il finit par le tolérer, après 3 à 5 ans de traitement, mais les symptômes s’espacent dès la première année. Il est désormais possible de choisir entre injections au cabinet de l’allergologue, et gouttes déposées sous la langue à la maison, une aubaine pour les enfants que la simple vue d’une aiguille tétanise ! À noter, l’arrivée imminente en France de désensibilisation en comprimés «uniquement pour les adultes allergiques aux pollens de graminées», prévient le Dr Silcret.*
 

Les aides utiles

 

  • Les 1 949 médecins qualifiés en allergologie.
    Ceux qui participent à la Journée Nationale de l’allergie ouvrent ce jour-là les portes de leur cabinet pour répondre à toute question, gratuitement et sans RDV.
     
  • Le Réseau national de surveillance aérobiologique envoie par e-mail aux internautes inscrits sur son site (www.pollens.fr) des alertes aux pollens en cas de risque allergique dans leur département.
     
  • Le livre «Les allergies de l’enfant, les prévenir et les combattre», du Dr Etienne Bidat et de Christelle Loigerot, aux éditions Milan. Certains de ses chapitres sont en ligne sur le site www.allergienet.com.
     
  • La rubrique Habitat du site www.conseilhabitatsante.com  passe toutes les pièces de la maison au crible et fournit des conseils ciblés.
     
  • Les conseillers médicaux en environnement intérieur viennent à la maison, sur prescription médicale, pour réaliser des mesures et proposer des conseils personnalisés (liste sur http://cmei.france.free.fr).
     
  • Le forum de discussion des parents d’allergiques de l’Association Française pour la Prévention des Allergies (www.afpral.asso.fr).



    *Auteur, avec le Dr Nathalie Szapiro-Manoukian, de «Docteur,on m’a dit que… La vérité sur les croyances et les idées reçues médicales», éditions Flammarion (2006).