Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Chute de cheveux

Si  certains sportifs peuvent arborer fièrement un crâne rasé, cette "coupe" radicale n'a pas que des adeptes auprès de la gent masculine, pour qui perdre ses cheveux provoque parfois un sacré coup au moral.
 

Tout avait pourtant bien commencé : avec 100 000 à 150 000 follicules pileux à la naissance, on aurait pu se croire à l'abri ! D'autant plus que la machine est bien rodée : pendant la phase anagène, qui dure de 2 à 7 ans, le cheveu pousse. Pendant la phase catagène, d'une durée de 15 à 20 jours, la pousse s'arrête. Vient alors la phase télogène, d'une durée de 3 à 4 mois : le cheveux tombe pour laisser place au suivant, un follicule capable d'assumer une trentaine de cycles, rien que cela. Et comme chaque follicule est indépendant de son voisin, 85 % de vos cheveux sont en phase de croissance quand seulement 10 % sont en phase de chute. On peut donc perdre une centaine de cheveux par jour sans que cela soit inquiétant. Le problème, c'est quand cette chute s'accélère ...

J'en parle à mon médecin plutôt qu'à mon coiffeur


La première cause de la chute de cheveux chez l'homme (90 % des cas) se nomme l'alopécie androgénétique : la pousse du cheveu est bloquée parce que le cuir devient sensible à la présence des androgènes (hormones) circulant dans le sang. Au lieu d'être remplacé par un nouveau cheveu, c'est un fin duvet qui lui succède, d'où une terrible impression d'espace vide ! Petit à petit, les tempes et le front se dégarnissent.

Avoir un parent concerné n'est pas une consolation, c'est même plutôt un facteur de risque ! Si les hommes sont les premiers confrontés à la perte de cheveux, parfois dès la vingtaine, les femmes ne sont pas à l'abri, mais chez elles, la chute est plutôt consécutive à un accouchement, à la ménopause, au stress, à la fatigue et au tabac.

Enfin, hommes et femmes peuvent perdre trop de cheveux pour des raisons médicales : régime alimentaire déséquilibré, teigne (champignon), hypothyroïdie, prise d'antihypertenseurs, d'antiépileptiques ou certaines chimiothérapies, recours à des produits coiffants trop agressifs, etc Autant de raisons de consulter ...

Comment freiner la chute ?


Nos cheveux ont de gros besoins en acides aminés soufrés, qui entrent dans la fabrication de leur kératine, et en vitamines B5, B6 et PP, impliqués dans leur vitalité. Le dermatologue peut en prescrire d'office, à côté d'autres traitements. Par exemple, en cas d'alopécie androgénétique, un traitement local (Minoxidil), pour hommes ou femmes) provoque la vasodilatation des petits vaisseaux nourriciers du cheveu : ainsi, encore plus de nutriments arrivent jusqu'à lui ! La persévérance est un gage d'efficacité, avec une amélioration rapportée dans deux tiers des cas ... mais après plusieurs mois !

Autre solution sur prescription médicale : le finastéride, pour hommes uniquement, empêche la fixation d'un dérivé de l'hormone mâle sur les cheveux. De quoi stabiliser la chute, puis favoriser une repousse chez 40 % des hommes ... mais seulement au bout de deux ans de traitement ! Et pas à n'importe quel prix, puisqu'une baisse du désir et, plus rarement, des troubles de l'érection sont parfois notés. Votre pharmacien Giropharm peut également vous délivrer des compléments alimentaires pouvant pallier la chute de cheveux.  

Solutions radicales

En chirurgie, le DHI - Direct Hair Implantation - fait partie des technniques qui donnent les résultats les plus naturels. Elle repose sur le prélèvement cheveu par cheveu, chacun étant réintroduit immédiatement dans le derme à l'aide d'un implanteur. C'est plus long à réaliser qu'une greffe classique, mais indolore pendant et après. Sans aucune cicatrice.

Avec des possibilités de prélèvements des cheveux au-delà de la nuque et même à partir des poils du torse (qui se comporteront en véritables cheveux une fois implantés). 

Enfin, la revascularisation du cheveu est tellement rapide qu'il n'a pas le temps de souffrir.

 

Les cheveux, tout un mythe !

Les cheveux sont tantôt symbôle de séduction chez la femme - Aphrodite enveloppe sa nudité dans sa longue chevelure - et tantôt symbole de la puissance chez l'homme (lorsque Dalila coupe les cheveux de Sanson, elle le prive de sa force légendaire). Néanmoins, on entend souvent dire que les chauves sont plus virils parce qu'ils possèderaient plus d'hormones mâles que les autres. Mais c'est faux ! Car dans l'alopécie androgénétique, ce n'est pas leur taux d'androgène qui est anormalement élevé, mais juste leur cuir chevelu qui est anormalement sensible à la présence des androgènes.