Varicelle : la guerre des boutons

La varicelle sévit chaque année, avec des pics épidémiques en fin d'hiver et au printemps. Très contagieuse, elle est le plus souvent bénigne chez l'enfant. Les adultes (et notamment les femmes enceintes doivent au contraire tout faire pour l'éviter ! Notre plan de bataille en 5 points. 

Je mesure le risque de l'attraper


Tous les ans, entre 700 000 et 800 000 personnes contractent la varicelle en France. On ne peut pas avoir cette maladie deux fois dans sa vie, sauf si les défenses immunitaires sont altérées (immunodépression). En dehors de cette exception, seuls ceux qui n'ont jamais eu la varicelle risquent de l'attraper cette année. Les plus jeunes (entre 1 et 10 ans) sont en première ligne. Néanmoins, il est tout à fait possible de la contracter avant, ou après, jusqu'à 80 ans passés. Il suffit d'entrer en contact avec un enfant ou un adulteatteint, même s'il n'en présente pas encore les boutons caractéristiques. La transmission se fait apr voie respiratoire (éternuement, toux) ou par contact direct avec les élsions de la peau. la varicelle est contagieuse 2 à 4 jours environ avant l'apparition de l'éruption et dure environ 7 jours jusqu'à la chute des croûtes.

 

J'apprends à la reconnaître


Au tout début de la varicelle, on est "patraque" pendant un à deux jours, avec un peu de fièvre (autour de 38°), parfois un nez qui coule et des maux de tête. Des taches rouges apparaissent ensuite sur la peau par vagues successives. Elles se transforment peu à peu en petites cloques remplies de liquide (vésicules), qui finissent par s'assécher et se recouvrir de croûtes. Les boutons démangent énormément. L'ensemble dure 10 à 15 jours. 

J'évalue le danger d'une forme grave ou compliquée


Dans la majorité des cas, la varicelle est une maladie bénigne. Cependant, des complications sont possibles : surinfection des boutons, pneumonie, atteinte neurologique. De même, il existe des formes sévère de varicelle, avec atteinte généralisée de la peau et d'autres organes (poumon, coeur...). Le risque d'une forme grave ou compliquée est maximal chez l'adulte, chez le nourrisson, en cas d'immunodépression et chez la femme enceinte. Dans chacune de ces situations, il faut obligatoirement consulter son médecin traitant si l'on a été en contact avec une personne atteinte de la varicelle.

Je protège les autres


Lorsqu'un enfant a la varicelle, son éviction de la crèche ou de l'école n'a rien d'obligatoire. Elle est cependant fortement conseillée jusqu'à ce que la dernière croûte soir formée, pour limiter le risque de flambée épidémique. Il faut également avertir le personnel. L'enfant peut avoir été en contact dans les jours précédents avec une femme enceinte ou une personne immunodéprimée. De même, un adulte atteint de varicelle doit en prévenir ses collègues. Dans tous les cas, le madae est contagieux 2 à 4 jours avant l'éruption et jusqu'au stade où tous les boutons se sont transformés en croûte qui tombent.
 

Je me vaccine si besoin


Depuis 2007, la vaccination (deux doses espacées de deux mois) est recommandée en France pour tous les adolescents de 12 à 18 ans qui n'ont jamais eu la varicelle. Elle l'est aussi pour toute femme qui a un projet de grosesse, mais aps d'antécédent de varicelle. Si les souvenirs de ses parents à ce sujet sont flous, une prise de sang permet de vérifier  si elle a déjà eu; ou pas, la varicelle. Le vaccin est également possible pour les adultes (sans déficit immunitaire) qui ne l'ont jamais eu mais ont été en contact avec un malade, dans un délai maximal de trois jours. A contrario, la vaccination est contre-indiquée chez la femme enceinte.