L'équilibre alimentaire des bébés

Jeunes mamans, le bien-être et la santé de votre nouveau-né font partie de vos préoccupations quotidiennes.
Votre lait est le plus adapté pour répondre aux besoins nutritionnels de votre bébé, il contient des nutriments
jouant un rôle essentiel dans la synthèse des membranes cellulaires du système nerveux et contribue à réduire les risques d’infections, en particulier digestives. L’allaitement doit cependant correspondre à une réelle envie de votre part, ne culpabilisez pas si vous préférez opter pour les laits infantiles ! Dans tous les cas, ne perdez pas les bonnes habitudes alimentaires que vous avez adoptées au cours de votre grossesse !


Quelques conseils nutrition de votre pharmacien vous permettront d’acquérir rapidement les bons réflexes pour le bien-être de votre enfant puis de démarrer la diversification alimentaire en douceur !

Les bonnes habitudes alimentaires de la maman

 

Vous avez pris de bonnes habitudes alimentaires pendant votre grossesse, conservez-les pendant votre période d’allaitement
et donnez la priorité aux :

Fruits et légumes

Fruits et légumes pour leurs apports en vitamines et minéraux.

Consommez au minimum 400 à 500g de fruits et légumes chaque jour.


Poissons gras et oeufs

Poissons gras et oeufs (bien cuits), pour apporter des protéines, de l’iode et des acides gras riches en oméga 3. Les oméga 3 jouent un rôle essentiel dans le développement cérébral et nerveux et participent à la synthèse de toutes les membranes cellulaires de votre bébé.


Féculents et légumes secs

Féculents et légumes secs qui fournissent de l’énergie grâce aux sucres lents et sont riches en micronutriments (magnésium, fer, calcium, fibres, vitamines…).


Produits laitiers non écremés

Produits laitiers non écrémés (pasteurisés), source de calcium.

Consommez 3 portions par jour (une portion = un yaourt ou 250mL de lait ou 1/8ème de camembert).


Buvez environ 2 litres de liquide par jour, afin de pouvoir produire suffisamment de lait

 

 

ZOOM SUR LES VITAMINES D et K:

L’allaitement ne couvre pas tous les besoins en vitamines du bébé. Votre médecin vous prescrira des médicaments à base de vitamine D pour tous les bébés, et de vitamine K spécifiquement pour les bébés allaités. Pour éviter les carences en vitamine D de la maman, des compléments alimentaires peuvent également être recommandés afin de renforcer ses défenses immunitaires.

DEMANDEZ CONSEIL A VOTRE PHARMACIEN

 

Certains aliments sont à éviter, tels que:

• L’artichaut, le persil, le cerfeuil… qui diminuent la lactation.

• Les choux et les aliments difficiles à digérer.

 

PAS DE BOISSONS ALCOOLISEES.


ZOOM SUR VOS ALLIES "ALLAITEMENT" DE LA PHYTOTHERAPIE ET DE L'HOMEOPATHIE

Certaines plantes sous forme d’Extraits de Plantes Standardisées (EPS) ou de tisanes peuvent aider à stimuler la montée de lait (houblon, ortie, galéga, cumin, fenouil, etc.). L’homéopathie peut également vous aider (Ricinus communis et Lac caninum).

DEMANDEZ CONSEIL A VOTRE PHARMACIEN

Les coliques du nourrisson

 

Les coliques du nourrisson se manifestent par des crises de pleurs, dues à des spasmes de l’intestin et/ou à des ballonnements, survenant le plus souvent après la tétée ou le biberon. Le bébé se
recroqueville ou au contraire s’étire. Trois signes caractéristiques sont presque toujours présents : votre bébé bâille, fait des pets et des rots.

Lors de l’accouchement par voie naturelle, votre bébé ingère un certain nombre de bactéries qui vont stimuler le développement de sa flore intestinale et l’aider à s’adapter plus facilement à son nouveau mode d’alimentation.
 

Les bébés nés par césarienne, dont la flore intestinale n’a pas été renforcée par l’exposition à différentes bactéries lors de l’accouchement, ainsi que les bébés non allaités, nourris par laits infantiles, ne bénéficient pas de la même flore que les bébés nourris par lait maternel. Ils mettent plus de temps à s’adapter à leur nouveau mode d’alimentation et sont donc plus sujets à des « coliques du nourrisson ».

 

LES PROBIOTIQUES ET L’HOMÉOPATHIE (COLOCYNTHIS, DIOSCOREA, CUPRUM MET, CHAMOMILLA) PEUVENT VOUS AIDER À SOULAGER VOTRE BÉBÉ. DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE PHARMACIEN.

 

ASTUCES:

• Pensez aux bouillottes chaudes et aux massages du ventre.

• Votre pharmacien peut vous aider à trouver le lait le plus adapté à votre bébé. Ne changez pas de lait sans lui en parler.

 


ZOOM SUR LES PROBIOTIQUES

Les probiotiques adaptés aux bébés (qui peuvent être utilisés dès la naissance) vont permettre de
renforcer la flore intestinale et d’améliorer le confort digestif (coliques, constipation) de votre bébé. Demandez conseil à votre pharmacien.

ASTUCE : Pour les mamans qui allaitent, donnez les probiotiques à votre bébé à l’aide d’une pipette ou déposez-les sur votre sein pour que votre bébé les avale au fur et à mesure de la tétée.


La diversification alimentaire

 

Il est recommandé de ne pas commencer la diversification avant 6 mois révolus. En cas d’antécédents d’allergies alimentaires, d’asthme, d’eczéma, etc., il est conseillé de repousser la
diversification alimentaire.

Parlez-en à votre médecin. La diversification alimentaire trop précoce semble en effet augmenter tous les risques d’allergies.

 

 

LES GRANDS PRINCIPES DE LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

Introduire un seul aliment nouveau à la fois...

.... et laisser un intervalle de quelques jours entre chacun, augmenter les quantités proposées en douceur (2 à 3 cuillères à café au début).


Commencer par introduire les légumes...

... puis dans un second temps les fruits, pour ne pas trop habituer les enfants aux goûts sucrés. Proposer d’abord les légumes et les fruits cuits avant de passer au cru (2 ou 3 mois plus tard).


Dans la mesure du possible, préférer les purées, soupes et compotes "faites maison" à base de légumes et fruits de saison.


Astuce : Penser à congeler les purées et compotes en contenants individuels.

 

 

Eviter d'ajouter du sel et du sucre pour ne pas "dénaturer" le goût de votre enfant.

 

Les oeufs, puis les poissons et viandes seront intoduits en petites quantités plus tard.

Parlez-en à votre médecin.


Favoriser les pains, les pâtes, le riz à base d'ingrédients naturels et biologiques.

 

 

Privilégier les "bonnes" matières grasses apès 1 an (huile d'olive et de colza, poissons gras, etc.)


Eviter les fritures, les huiles de palme et d’arachide.


Eviter ou retarder l'introduction des aliments les plus allergisants (aliments à base d'arachide, fruits exotiques, lait de vache, oléagineux, etc.)

 

LIMITER LES ALIMENTS SUSCEPTIBLES DE CONTENIR DES PESTICIDES, DES MÉTAUX LOURDS ET MÊME DES ÉDULCORANTS, COLORANTS, ETC. :
1. Certains poissons (thon, requin, espadon, marlin…) seraient à éviter à cause de leur concentration en mercure.
2. Eviter les pâtisseries, sucreries, sodas, desserts industriels…
3. Eviter les aliments à base de soja qui contiennent des phytoestrogènes aux effets potentiellement indésirables.
4. Bien penser à laver et éplucher les fruits et légumes.


Votre enfant continue à avoir besoin de 500ml de lait par jour jusqu’à l’âge de 3 ans.

RETROUVEZ DANS LE CARNET DE SANTÉ DE VOTRE ENFANT UN TABLEAU AVEC LES REPÈRES D’INTRODUCTION DES ALIMENTS CHEZ LES ENFANTS DE 0 À 3 ANS.