Equilibre alimentaire des bébés et prévention des allergies

Jeunes mamans, le bien-être et la santé de votre nouveau-né font partie de vos préoccupations quotidiennes. Votre lait est le plus adapté pour répondre aux besoins nutritionnels de votre bébé, il contient des nutriments jouant un rôle essentiel et contribue à réduire les risques d’infections. Ne perdez pas les bonnes habitudes alimentaires que vous avez adoptées au cours de votre grossesse !

Dans un contexte où l’incidence des allergies a considérablement augmenté au cours des dernières décennies, les moyens de prévenir ou de retarder leur apparition ont une importance primordiale.

Les bébés ou les enfants dont l’un des parents ou les deux parents souffrent d’allergies ou d’eczéma sont par ailleurs davantage prédisposés à développer ce type d’affections. Si certains symptômes des allergies sont aisément identifiables (dermatite atopique, eczéma, asthme, urticaire …), d’autres sont plus difficiles à appréhender : vomissements, diarrhées, infections ORL à répétition, etc.

Quelques conseils nutrition de votre pharmacien vous permettront d’acquérir rapidement les bons réflexes pour le bien-être de votre enfant puis de démarrer la diversification alimentaire tout en sérénité et en douceur !




LES BONNES HABITUDES ALIMENTAIRES DE LA MAMAN PENDANT LA GROSSESSE ET L’ALLAITEMENT

Pour préserver la santé de votre bébé, il est essentiel d’adopter de bonnes habitudes alimentaires dès la grossesse - à conserver ensuite pendant la période d’allaitement.

Donnez la priorité aux :
• Poissons gras et oeufs, pour apporter des protéines, de l’iode et des acides gras riches en oméga 3.

Les oméga 3 jouent un rôle essentiel dans le développement cérébral et nerveux et participent à la synthèse de toutes les membranes cellulaires de votre bébé. Ils permettraient
par ailleurs de réduire les risques d’allergies.

ZOOM SUR : Le label Bleu Blanc Coeur

 Bleu-Blanc-Coeur est une démarche de filière qui vise à améliorer la qualité nutritionnelle des produits en introduisant dans la chaîne alimentaire des animaux des sources végétales d’oméga 3 telles que le lin, le lupin, la luzerne, le colza... pour une meilleure nutrition de l’homme.

Produits laitiers non écrémés et pasteurisés, source de calcium. Consommez 3 portions par jour (une portion = un yaourt ou 250ml de lait ou 1/8ème de camembert).

• Féculents et légumes secs qui fournissent de l’énergie grâce aux sucres lents et sont riches en micronutriments (magnésium, fer, calcium, fibres, vitamines…).

• Fruits et légumes pour leurs apports en vitamines et minéraux. Consommez au minimum 400 à 500g de fruits et légumes chaque jour.

• Buvez environ 2 litres de liquide par jour , afin de pouvoir produire suffisamment de lait.

PAS DE BOISSONS ALCOOLISÉES

LE ROLE ESSENTIEL DE LA FLORE INTESTINALE


Lors de l’accouchement par voie naturelle, votre bébé ingère un certain nombre de bactéries qui vont stimuler le développement de sa flore intestinale, de son système immunitaire et l’aider à s’adapter plus facilement à son
nouveau mode d’alimentation et à réduire les risques d’allergies.

Les bébés nés par césarienne, dont la flore intestinale n’a pas été renforcée par l’exposition à différentes bactéries lors de l’accouchement, ainsi que les bébés non allaités, nourris par préparations pour nourrissons et laits de suite, ne bénéficient pas de la même flore que les bébés nourris par lait maternel. Ils mettent plus de temps à s’adapter à leur nouveau mode d’alimentation et sont plus sujets aux allergies.

En cas d’antécédents familiaux d’allergies chez les femmes enceintes ou allaitantes : évitez de consommer des produits à base d’arachide, des fruits à coque…
En cas d’antécédents d’allergies connues ou en cas d’allergies avérées de votre bébé, pensez à supprimer le ou les aliments allergènes identifiés de votre alimentation.

• Le saviez-vous ? In utero, un bébé peut déjà être sensibilisé à certains aliments.

L’IMPORTANCE DE LA FLORE INTESTINALE

Pour un effet optimal sur l’immunité et la résistance aux allergènes de votre bébé, favorisez, si possible, un allaitement maternel exclusif pendant 4 mois au moins.
La flore intestinale d’un bébé nourri au sein est dominée par des bifidobactéries et lactobacilles, celle d’un bébé nourri par préparations pour nourrissons et laits de suite est plus riche en bactérioïdes, entérobactéries et clostridies. Or, les enfants dont la flore est moins riche en bifidobactéries auraient plus de risques de développer une allergie ou un eczéma.
La prise d’antibiotiques ou de corticoïdes peut perturber l’équilibre de la flore intestinale (les antibiotiques détruisent les « mauvaises » mais aussi les « bonnes » bactéries). La flore intestinale des bébés et des jeunes enfants étant encore immature, son temps de reconstitution à l’arrêt des médicaments sera plus long, ce qui peut favoriser l’apparition d’allergies ou d’eczéma atopique.

ZOOM SUR : Les probiotiques

Les probiotiques adaptés aux bébés (qui peuvent être utilisés dès la naissance) vont permettre de renforcer la flore intestinale et améliorer les défenses immunitaires de votre bébé. Ils sont d’autant plus recommandés chez les bébés nés par césarienne (allaités ou non), avec des antécédents d’allergies dans la famille ou chez les bébés et jeunes enfants prenant ou ayant pris des antibiotiques plus ou moins régulièrement. Demandez conseil à votre pharmacien.

ASTUCE : POUR LES MAMANS QUI ALLAITENT, DONNEZ LES PROBIOTIQUES À VOTRE BÉBÉ À L’AIDE D’UNE PIPETTE OU DÉPOSEZ-LES SUR VOTRE SEIN POUR QUE VOTRE BÉBÉ LES AVALE AU FUR ET À MESURE DE LA TÉTÉE.
 

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

Il est recommandé de commencer la diversification autour de 6 mois. En cas d’antécédents d’allergies alimentaires, d’asthme, d’eczéma, etc., il serait conseillé de repousser la diversification alimentaire. Parlez-en à votre médecin : la diversification alimentaire trop précoce semblerait en effet augmenter tous les risques d’allergies.

LES GRANDS PRINCIPES DE LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

• Introduire un seul aliment nouveau à la fois et laisser un intervalle de quelques jours entre chacun, augmenter les quantités proposées en douceur (2 à 3 cuillères à café par jour au début).

• Commencer par introduire les légumes, puis dans un second temps les fruits. Proposer d’abord les légumes et les fruits cuits avant de passer au cru (2 ou 3 mois plus tard).

• Dans la mesure du possible, préférer les purées, soupes et compotes « faites maison » à base de légumes et fruits de saison.

• Eviter d’ajouter du sel et du sucre pour ne pas « dénaturer » le goût de votre enfant.

• Introduire les oeufs (bien cuits), puis les poissons et viandes en petites quantités plus tard. Parlez-en à votre médecin.

• Favoriser le pain, les pâtes, le riz à base d’ingrédients naturels et biologiques.

• Privilégier les « bonnes » matières grasses après 1 an (huile d’olive et de colza, poissons gras, etc.).  Eviter les fritures, les huiles de palme et d’arachide.

• Eviter ou retarder l’introduction des aliments les plus allergènes (à base d’arachide, fruits exotiques, lait de vache, oléagineux, etc.). Les céréales avec gluten ne devront pas être introduites avant 9 mois, les fruits à coques (amandes, noix, noisettes, …) pas avant 36 mois.

 

 

VOTRE ENFANT CONTINU A AVOIR BESOIN DE 500 ML DE LAIT PAR JOUR JUSQU'A L' AGE DE 3 ANS

Retrouvez dans le carnet de santé de votre enfant un tableau avec les repères d’introduction des aliments chez les enfants de 0 à 3 ans.