Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Cancéro

Actifs ou Hyperactifs ?


Ce n’est pas parce que vous avez un diablotin à la maison, qu’il est forcément hyperactif : tous les enfants ont besoin de sauter, de courir et de jouer. Toutefois, si le vôtre ne pense qu’à cela, alors effectivement, la question mérite d’être posée .Voici quelques informations qui ne se substituent pas à l’avis d’un médecin.
 


Rester assis à table est pour lui mission impossible. À peine une bouchée avalée que le voilà qui court puis se lance dans une autre action, ayant déjà oublié qu’il dînait. Certains disent qu’il est «monté sur ressorts» et d’autres, qu’il a «100 000 volts» dans le sang. Trois mots reviennent dans toutes les bouches quand il s’agit de le décrire : «instable», «impulsif» et «distrait», vous entendez-vous répéter à longueur de journée !

En fait, comme il est incapable de respecter des consignes, qu’il coupe sans cesse la parole, change de place et passe du coq à l’âne, votre enfant épuise son entourage. De là à se faire réprimander à longueur de journée, il n’y a qu’un pas. C’est pourtant la pire solution, car lorsqu’un hyperactif perd confiance en lui, il compense par la bougeotte, soit l’effet inverse de celui escompté.

Portrait d’un hyper actif


Votre enfant n’est pas seul à se comporter de la sorte. Ils seraient au moins un sur vingt dans son cas, avec une hyperactivité apparue dès l’âge d’un an pour un tiers d’entre eux.
Leur conduite a beau exaspérer, ils n’y sont pour rien. Selon une récente étude américaine de l’Institut National de la Santé Mentale, l’enfant accuserait un retard de maturation provisoire, en ce qui concerne l’attention et la motricité. En attendant que ce «retard» soit rattrapé, des solutions existent. Encore faut-il que le diagnostic soit posé au plus vite. Or c’est bien là que le bât blesse ! Il n’existe pas de prise de sang ou de test qui permette de dire à coup sûr si votre enfant présente ou non un TDAH, nom donné aux Troubles de Déficit de l’Attention avec Hyperactivité.

C’est plutôt la présence simultanée d’au moins six signes d’inattention et d’impulsivité (donner l’impression de ne pas vous écouter, se laisser distraire par n’importe quoi, se lever en classe, interrompre les autres, etc.) depuis au moins six mois et dans tous les lieux qu’il fréquente, qui méritent un avis médical.
Si le TDAH est avéré, mieux vaut le signaler à l’enseignant qui pourra alors le prendre en compte dans sa pédagogie.

Recadrage en douceur


À la maison, il faut trouver le juste milieu entre des séances de jeux où votre enfant peut se dépenser, crier et courir à sa guise, avec des activités davantage encadrées.
Choisissez de préférence un domaine où il est bon, car lui trouver une activité gratifiante fait partie de sa thérapie : plus qu’un autre, il a besoin de reprendre confiance en lui, d’être encouragé et non pas puni à longueur de journée. Or, il faut bien avouer que son comportement lui apporte plus souvent des réprimandes que des louanges !
D’ailleurs, si vous devez le gronder, oubliez toute idée de fessée, de lignes à copier ou de privation de sortie : la seule attitude positive à avoir est de lui demander d’aller se calmer seul, dans sa chambre.

Pas forcément des médicaments....


Si malgré vos efforts communs, la situation n’est plus tenable – ni à la maison, ni à l’école - un psychostimulant (la Ritaline, entre autres) peut lui être prescrit.

Ce traitement médical réduit l’intensité des symptômes gênants et rend donc votre enfant «socialement acceptable», mais ne résout pas tout à lui seul.

Médicament ou pas, le suivi par un psychologue est toujours utile.

Génétique ou pas


La prédisposition génétique fait peu de doute. Mais il y a d’autres pistes. Ainsi, l’alcool, les drogues et peut-être même le tabac durant la grossesse, sont aujourd’hui pointés du doigt.

Un manque d’oxygène à la naissance pourrait aussi être en cause. Enfin, un lien entre les additifs alimentaires et l’hyperactivité ne peut être exclu : il pourrait expliquer pourquoi cette affection n’avait pas été décrite avant l’ère de l’industrie agro-alimentaire.
 

Comment l’aider à faire ses devoirs ?


C’est LE sujet de toutes les tensions ! Pour bien faire, installez-le dans une pièce au calme, où il a peu de chances d’être interrompu par un bruit de fond, du va-et-vient ou le spectacle de la rue.

Ne lisez pas la liste des devoirs à faire, mais donnez-lui une seule tâche à accomplir à la fois et procédez par étapes. Ne le grondez pas s’il se trompe, mais encouragez-le quand il y arrive. Enfin, limitez-vous à l’essentiel.
 

Le Conseil Plus de votre pharmacien Giropharm : Votre enfant ronfle-t-il la nuit ?


Si la réponse est oui, parlez-en à son médecin ! En effet, une hyperactivité peut cacher un syndrome d’apnées du sommeil, dû à de grosses amygdales, gênant la respiration en position allongée.

Comme le sommeil est de mauvaise qualité, ces enfants luttent contre l’endormissement pendant le jour. Cela les rend paradoxalement très agités.

Or dans ce cas, c’est une opération des amygdales qui résoudra le problème: N'hésitez pas en parler en à votre médecin.