Grains de beauté sous haute surveillance

Un grain de beauté qui vient de changer de couleur, d’aspect, ou qui saigne…Il n’en faut pas beaucoup plus pour suspecter un mélanome qui est un cancer cutané redoutable.

 

Chaque année, on dénombre environ 7 400 nouveaux cas de mélanome(1), un cancer de la peau redoutable qui peut survenir à n’importe quel endroit du corps et qui se développe à partir des cellules responsables de la pigmentation cutanée, les mélanocytes. Des nouveaux cas dont le nombre double tous les 10 ans avec une fréquence particulière chez les femmes de 60 ans.

La règle ABCDE


Il n’est pas toujours facile de différencier un banal grain de beauté qui correspond à l’accumulation de mélanocytes, d’un authentique mélanome, d’autant que ce dernier qui peut survenir sur une peau saine, se développe dans 20 %(2) des cas au dépend d’un naevus préexistant qui va changer d’aspect, saigner ou s’ulcérer. En cause, l’inhibition du gène protecteur (p16INK4A) (2) qui va permettre la multiplication et l’immortalité des mélanocytes.

D’où l’intérêt des lettres ABCDE qui permettent de définir les caractères cliniques du mélanome : une tache Asymétrique, plutôt saillante, aux Bords déchiquetés et irréguliers, aux Couleurs multiples (brun clair ou foncé, zones rougeâtres, blanches…), d’un Diamètre supérieur à 6 mm, et qui Évolue.

Auto examen


Le mélanome est responsable de 1 500 décès par an. Mais on peut en guérir s’il est détecté suffisamment tôt à un stade peu développé. D’où l’intérêt de s’auto-examiner plusieurs fois par an et de consulter en urgence son médecin dès lors qu’un naevus change d’aspect.

Le médecin doit également pratiquer un examen régulier, et notamment au niveau des zones difficiles d’accès à l’auto-examen, comme le dos. Au moindre doute, le recours au dermatologue s’avère indispensable pour retirer la lésion et la faire analyser.

(1) Communiqué de presse de l’Institut National du Cancer, 28 mai 2009.
(2) Le Quotidien du Médecin 8259, du 19 novembre
2007, citant Dermatologie et maladies sexuellement transmissibles, Masson, 4e édition).

Facteurs de risque


Au-delà de 50 grains de beauté, le risque de mélanome augmente. Il en est de même en cas d’antécédents personnels ou familiaux de mélanome. L’exposition solaire, naturelle ou en cabine d’UV, est un autre facteur de risque important, notamment chez les sujets à peau blanche et yeux clairs. En outre, des coups de soleil intenses dans les 15 premières années de la vie constituent un risque supplémentaire.