La prévention des MST

« Vacances, j’oublie tout, plus rien à faire du tout» nous dit la chanson. C’est vrai, mais pour ne pas rapporter un mauvais souvenir, il va falloir quand même penser un peu à votre sécurité… Tant pis pour le romantisme !

Dans l’idéal, deux nouveaux partenaires doivent se protéger à chaque rapport, y compris la première fois (rien ne dit que c’est aussi la première fois pour l’autre).
Et lorsque l’amourette de vacances joue les prolongations, faire un test du Sida après trois mois de liaison. Ce n’est qu’en cas de test négatif, que les amoureux peuvent envisager l’abandon du préservatif sous réserve de fidélité (ou de rapport extra conjugal protégé).


Contraception et préservatif


- La pilule plébiscitée par les Françaises: avoir le choix des pilules, cela multiplie les chances de trouver celle qui convient.

- Pour autant, toutes les femmes ne sont pas faites pour ce moyen contraceptif et bien d’autres solutions existent : stérilet au cuivre (donc sans hormone) et stérilet au progestatif qui permet d’en finir avec les règles, implant mis en place pour 3 ans, patch contraceptif à changer chaque semaine (3 de suite avec une pause d’une semaine), anneau vaginal que l’on met pour 3 semaines, spermicides et préservatif féminin. « La bonne contraception, c’est celle que l’on choisit ».

- Jamais sans préservatif : outre les infections sexuellement transmissibles comme le Sida et celles à Chlamydiæ (une cause fréquente de salpingite et donc de stérilité) qui n’ont jamais vraiment faibli, c’est le retour de la gonorrhée ou chaude-pisse, ainsi appelée en raison de la présence de pus à l’extrémité de la verge et dans une moindre mesure, de la syphilis. Cette dernière peut rester longtemps discrète (une petite plaie arrondie, puis des éruptions cutanées donnent l’alerte) avant d’entraîner tardivement, en l’absence de traitement, des complications neurologiques et cardiaques.

Les erreurs à ne plus faire


-  En voyage : Hors de l’Union européenne, ne partez pas les mains dans les poches, mais faites vos stocks de préservatifs (marquage CE), c’est plus sûr ! Il est conseillé de vérifier leur date de péremption. Le latex étant sensible à la chaleur, il est recommandé de ne pas conserver ses préservatifs au chaud ou au soleil sous peine d’altération. Et pour les allergiques au latex, il existe des préservatifs «sans» (chez votre pharmacien).

- Avec un nouveau partenaire : Lorsque l’homme ne prend pas l’initiative d’en mettre un, certaines femmes n’osent pas en parler de peur de paraître soupçonneuses. Il y a pourtant moyen de positiver son usage en disant que «c’est pour qu’il n’y ait aucune arrière-pensée» ou «à titre de contraception». Et si vraiment en parler est trop dur, les femmes peuvent recourir au préservatif féminin, à mettre deux heures avant un rapport.

- Au moment de l’utiliser : Il peut se déchirer si vous plantez vos ongles en retirant l’emballage. Il est recommandé de pincer le réservoir pour retirer une éventuelle bulle d’air, sous peine de voir le préservatif craquer. Enduire le préservatif d’un corps gras ou de vaseline le rend poreux et inefficace. Il est conseillé d’utiliser uniquement du gel lubrifiant intime à base d’eau qui est vendu dans votre pharmacie, si le besoin s’en fait sentir.
Enfin, n’attendez pas la fin de l’érection pour le retirer.

Zoom sur le Papillomavirus


Le Human Papillomavirus ou HPV s’attrape au cours d’un rapport sexuel, mais au moment de la contamination, il n’y a souvent aucun symptôme susceptible d’alerter la femme. Certaines souches (notamment la 16 et la 18) favorisent le cancer du col de l’utérus. Un vaccin ayant récemment été mis au point contre ces souches, il est recommandé chez les jeunes filles avant leurs premiers rapports sexuels. Trois injections à 2 et 6 mois d’intervalle sont nécessaires. Parlez-en à votre pharmacien et à votre médecin.

J'ai oublié ma pilule


Selon le type de pilules que vous utilisez (mini, micro…), le temps de sécurité en cas d’oubli varie. Il faut absolument consulter la notice de votre pilule afin de connaître le décalage autorisé. Dans tous les cas, la prendre dès que possible et prendre la suivante à l’heure habituelle. Si vous avez vomi dans les 3 heures, il est conseillé de prendre le comprimé suivant immédiatement.
Attention au décalage occasionné : lorsque le délai de sécurité est passé, il est recommandé d’agir comme si vous n’étiez plus protégé. En cas de rapport sexuel dans les 5 jours précédents, prenez la pilule du lendemain le plus rapidement possible (un comprimé de Lévonorgestrel en vente sans ordonnance en pharmacie).
Dans tous les cas, reportez-vous à la posologie de votre pilule et consultez si besoin votre pharmacien ou votre médecin.

Le saviez-vous ? La pilule du lendemain n’est pas d’une efficacité garantie à 100 % et ne doit être en aucun cas un contraceptif régulier.