Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Enceinte...et sportive !

Le temps est bien fini où grossesse rimait avec repos. Désormais, il est recommandé de pratiquer une activité physique afin de se préparer à l'accouchement et pour mieux récupérer après. Pour autant, certaines précautions s'imposent.
 

 

Des bienfaits multiples 

 


Etre enceinte et faire du sport est-il compatible ?

Tout à fait, à condition que :

- la grossesse se déroule normalement

- l’activité physique soit régulière, adaptée et pratiquée en douceur. 

A noter : les modifications physiologiques dans la première partie de la grossesse favorisent l’activité physique (la croissance ou la vitalité de bébé ne sont pas menacées).

 

Quels sont les bienfaits du sport durant la grossesse ?

- détente et relaxation

- limitation de la prise de poids

- réduction de la fréquence et de l’intensité des douleurs lombaires

- diminution du risque d’hypertension artérielle (éclampsie)

- régulation de l’appétit et du sommeil

- amélioration de la circulation veineuse

- meilleure préparation à l’accouchement en entretenant ses muscles et son endurance

- renforcement du périnée

- diminution du risque de diabète pendant la grossesse.

 

A savoir également :

1) Les femmes qui ont continué à faire du sport pendant la grossesse accoucheraient moins souvent par césarienne

2) Pratiquer une activité physique avant comme après l’accouchement diminue le risque de dépression postnatale

3) L’activité sportive ne modifie pas l’allaitement

 

Consultez votre médecin pour avoir son feu vert 

 

Pourquoi ?

Car certaines activités sportives sont déconseillées pendant la grossesse (sports à risque de chute ou de traumatisme) et d’autres, interdites (comme la plongée sous-marine).

 

Le sport doucement, mais sûrement

Pourquoi ?

Si le sport est bon pour le déroulement de la grossesse, point trop n’en faut : 7 heures hebdomadaires de sport dans les premières semaines de grossesse multiplierait par 3,7 le risque de fausse couche par rapport aux femmes enceintes non sportives.

Comment ?

- levez le pied lors du dernier mois

- l’intensité doit vous permettre de vous exprimer sans essoufflement

 

Nagez... 

 

Nagez 30 minutes plusieurs fois par semaine, en douceur.

Cela favorise la relaxation des muscles lombaires, particulièrement sollicités en fin de grossesse

 

Et, si vous ne savez pas nager ou si vous n’aimez pas cela vous pouvez :

- marcher dans l’eau afin de résorber les œdèmes au niveau des jambes

-  faire des séances d’aquagym, bénéfiques également pour le dos.

 

...Ou marchez ! 

 

A défaut d’une activité purement sportive, marcher tous les jours permet :

- d’activer votre circulation sanguine

- d’améliorer vos capacités cardio-vasculaires et respiratoires (qui vont être sollicitées en fin de grossesse)

- d’améliorer votre transit intestinal (souvent ralenti lors de la grossesse)

Enfin, la gymnastique sans forcer demeure une valeur sûre pour garder la forme pendant la grossesse, ainsi que le vélo d’appartement.

 

Précautions de base

 

Comme tout sportif, il faut :

- s’échauffer

- pratiquer quelques étirements en prenant garde à l’hyperlaxité ligamentaire (relâchement des ligaments),

- ne faut pas hésiter à boire copieusement avant, pendant et après l’effort afin de ne pas se déshydrater (notamment en période estivale)

- prévoir des vêtements amples, des chaussures adaptées et un soutien-gorge spécifique

 

ZOOM SUR : LES CONTRE-INDICATIONS

 

ABSOLUES :

- Hypertension artérielle

- Grossesse multiple (à partir de trois enfants)

- Retard de croissance intra-utérin

- Placenta prævia

-  Perte de liquide amniotique

 

RELATIVES :
 
- Jumeaux (après 28 semaines de grossesse)
 
- Asthme
 
- Anémie