Aide à domicile, mode d'emploi

Pour maintenir plus longtemps nos parents chez eux et pour créer de l’emploi, les aides à domicile sont précieuses. Si elles n’existaient pas, il faudrait les inventer !
 

Selon une enquête de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (Drees), lorsque les personnes âgées ou malades font appel à ces aides, c’est surtout pour les seconder dans les tâches qu’elles ne peuvent plus accomplir comme le ménage (97 %) ou la préparation des repas (73 %). Mais aussi pour bouger et réaliser des activités (83 %). Et les besoins sont énormes : 800 millions d’heures déclarées en 2005, 1 370 millions en 2008…

Pratique, le chèque emploi service


Il permet de payer toutes les aides à domicile : garde-malade, aide à la toilette, ménage, préparation des repas, mais aussi petits travaux de bricolage et de jardinage, cours, etc.

La loi de finances 2011 prévoit que la réduction des cotisations patronales de sécurité sociale soit supprimée, mais les employeurs de plus de 70 ans en sont exonérés : www.cesuurssaf.fr/cesweb/home.jsp.

Des crédits d’impôt incitatifs


La réduction d’impôt sur le revenu, au titre de l’emploi d’un salarié à domicile, a été épargnée par la loi de finances 2011. Le crédit d’impôt reste donc égal à 50 % des dépenses globales, charges sociales comprises, prises dans la limite de 12 000 euros par an, auxquels s’ajoutent 1 500 euros par enfant à charge ou membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans (dans la limite totale de 15 000 euros).

Ce plafond est même fixé à 20 000 euros quand un des membres du foyer fiscal souffre d’une invalidité, l’obligeant à avoir recours à l’assistance d’une tierce personne pour la vie quotidienne. Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination) de votre région.

Des aides spécifiques en cas de handicap


Allocation adulte handicapé, allocation logement, allocation compensatrice tierce personne, prestation spécifique dépendance… Il existe encore d’autres aides mieux adaptées aux personnes en situation de dépendance, qu’elle qu’en soit la raison.

Monter un dossier avec l’aide d’une assistante sociale (celle de la mairie ou du service de médecine qui vous suit), c’est encore ce qu’il y a de plus simple pour s’y retrouver.