Comment repérer une perte d'autonomie?

Il n’est pas toujours facile de se rendre compte de l’état de ses propres facultés, tant physiques qu’intellectuelles. D’autant qu’avec l’âge, peut parfois apparaître un certain refus de l’évidence. C’est dans ces moments-là que l’entourage joue un rôle capital dans la détection d’éventuels troubles de l’autonomie.

Les signes d'alerte

 

Dans un premier temps, plusieurs signes extérieurs peuvent vous alerter :


• Des courses alimentaires de plus en plus ponctuelles.
• Un réfrigérateur contenant des aliments périmés.
• Une hygiène irrégulière.
• Une maison moins bien entretenue.
• Une perte de poids importante et rapide.

Les questions à se poser

 

Puis, dans un second temps, les questions suivantes peuvent faciliter l’identification du degré de difficulté à accomplir une tâche (pas de difficulté, difficulté moyenne, difficulté sévère).

• Avez-vous une gêne dans les actes de la vie quotidienne ?
• Avez-vous du mal à vous exprimer ?
• Avez-vous du mal à vous souvenir de l’heure, du jour, ou de l’endroit où vous êtes ?
• Avez-vous des difficultés à marcher ?
• Avez-vous des difficultés à vous laver, à vous habiller ?
• Avez-vous du mal à couper vos aliments, à les éplucher, à les manger ?

 

Si vous ou la personne interrogée avez répondu « difficulté moyenne » ou « difficulté sévère » à au moins deux questions, consultez votre médecin traitant et parlez-en avec votre pharmacien. Celui-ci pourra évaluer de manière plus précise vos besoins.

 

LE SAVIEZ-VOUS?

Il existe un outil, la grille nationale AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources), permettant de déterminer le degré de perte d’autonomie ou le degré de dépendance physique ou psychique d’une personne âgée dans ses actes quotidiens.


Ce test est utilisé afin de déterminer le montant de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), dont pourra bénéficier la personne âgée vivant à domicile ou en établissement. Suivant le lieu d’habitation, la personne en charge de réaliser ce test sera différente, le médecin de l’établissement ou une équipe médico-sociale du Conseil Général du Département pour une personne vivant à domicile.

 

Ce test comporte 17 variables se rapportant à diverses situations quotidiennes : la mobilité, l’alimentation, la toilette, l’habillage, le suivi du traitement, etc.
Chacune de ces questions est évaluée et codifiée selon le barème suivant : « fait seul et spontanément », « fait seul mais non spontanément », ou encore « ne fait ni seul ni spontanément ».
Au terme de ce test, la personne appartient à un groupe défini qui sera demandé lors d’une demande de l’APA.