Prévenir la déshydratation

Quel bonheur de retrouver la chaleur des beaux jours... Pourtant, les fortes chaleurs ne sont pas sans risque surtout vis-à-vis des personnes âgées.

 



Les personnes à risque


Les personnes âgées sont plus exposées aux risques de la déshydratation. Le vieillissement s’accompagne en effet d’une réduction de la perception de chaleur, d’une réduction de la sensation de soif et d’une diminution de la proportion d’eau dans l’organisme. Le sujet âgé ne boit pas assez, souvent par crainte de devenir incontinent. Il perd donc plus facilement l’eau de son organisme.

Les sujets les plus à risque : Les personnes qui ont des difficultés à boire seules, celles qui subissent des pertes hydriques (diarrhées, vomissement, température, escarres…). La situation est alarmante dès que la température extérieure dépasse 25°C.

 

Les mesures de prévention


Des mesures simples et efficaces permettent de prévenir cette situation.

-       L’optimisation de la température des pièces est la première action à mener : l’aération à la fraîche, l’utilisation de volets et de stores.

-       L’installation d’un climatiseur est possible à domicile et votre pharmacie a des solutions à proposer pour de longues ou de courtes durées.

-       Les brumisateurs, les lingettes humectées, les bâtonnets rafraîchissants pour la bouche apportent un grand confort aux patients alités. Pour les cas les plus graves, le médecin décidera peut-être de la mise en place d’une hydratation par perfusion.

-       Le choix alimentaire est crucial : des repas froids, des aliments comportant une quantité optimale de liquide, des boissons fraîches, des glaces.

-       L’habillage doit être léger. Il existe en pharmacie des vêtements amples et légers adaptés au malade alité et facilitant les soins. Il ne faut pas hésiter à aller jusqu’à humidifier les vêtements et les draps.

 

Repérer les risques de déshydratation chez la personne âgée


Une température corporelle supérieure à 38°, des modifications de comportement, des maux de têtes, une fatigue importante, une sensation de malaise, des crampes musculaires, des nausées, une peau sèche, une absence de transpiration sont les principaux indicateurs. La pesée régulière des sujets à risque est un bon moyen de surveillance. L’hydratation orale est la méthode la plus physiologique quand elle est possible. La diversification des sources d’eau facilite l’acceptation de la personne concernée. Les professionnels raisonnent en U.H. (Unité hydratation).

 

Zoom sur les aliments riches en eau


Les crèmes, les flans, les glaces. Il existe en pharmacie de nombreux produits aux goûts variés qui sont de bons compléments pour une hydratation orale optimale. Il est toujours plus facile de prévenir une déshydratation que de lutter contre une déshydratation installée qui devient vite du ressort du médecin voir même d’une urgence d’hospitalisation.