Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Indications et contre-indications

Il font partie de notre quotidien, mais en faisons-nous vraiment bon usage ?
De la lecture avertie d'une notice aux pièces à éviter pour placer son armoire à pharmacie, tour d'horizon de quelques précautions indispensables avec Anne-Claire Jambon, pharmacien adjoint  à Tramayes (71).

 


Pourquoi faut-il toujours lire la notice d'un médicament avant de commencer un traitement?


La notice comporte des informations importantes pour le bon usage du médicament et surtout pour la sécurité de celui qui le prend. Il s'agit des indications, des contre-indications, des effets indésirables, de la posologie, de la durée de traitement et des interactions possibles avec d'autres traitements en cours. Au comptoir, le pharmacien n'a pas le temps d'aborder tous ces points. Il ne parle que des principaux. Le dossier pharmaceutique (DP) alerte sur des interactions entre les ordonnances et les médicaments achetés sans ordonnance, à condition d'avoir fourni sa carte Vitale et d'avoir demandé au pharmacien d'enregistrer sur le DP ses médicaments.

Peut-on prendre un médicament prescrit à quelqu'un d'autre pour des symptômes identiques ?


Il ne faut jamais le faire. Tout traitement doit être adapté au cas par cas, car chaque personne est unique : âge, sexe, poids, mode de vie, traitements suivis, allergie, grossesse éventuelle... Tous ces paramètres sont importants pour déterminer si un médicament est adapté, et à quelle dose. Par exemple, la posologie sera différente selon le poids et l'âge. Utiliser une posologie identique, c'est risquer l'inefficacité ou le surdosage du médicament.

Prendre une dose plus importante pour guérir plus vite, c'est possible ?


Absolument pas ! Augmenter la posologie qui a été prescrite fait courir, là encore, le risque d’un surdosage. La réduire peut rendre le traitement inefficace. Il est tout aussi important de bien respecter les conditions d’administration. Certains médicaments se prennent au cours du repas, d’autres en dehors, d’autres encore à des horaires précis. 

Comment expliquer les interactions entre les médicaments ?


Elles concernent aussi bien les médicaments prescrits par un médecin que ceux qui relèvent de l’automédication. Il en existe plusieurs types. Les effets de deux médicaments peuvent d’additionner. Ils peuvent aussi se potentialiser, c’est-à-dire se démultiplier, ou au contraire s’inhiber. Enfin, un médicament peut réduire l’absorption d’un autre ou augmenter son élimination. Toutes ces interactions modifient l’efficacité et/ou les effets indésirables d’un traitement.   

Quelle est la différence entre une contre-indication et une précaution d'emploi ?

 

Une contre-indication désigne une circonstance où un médicament ne doit pas être employé. Une précaution d’emploi, comme l’insuffisance rénale ou l’insuffisance hépatique, n’empêche pas de prendre le médicament. On peut le prendre à condition de respecter certaines consignes, variables selon les cas : moment de la prise, espacement des prises, diminution du dosage ou de la posologie, nécessité de réaliser une surveillance biologique régulière… 

Que faire si un effet indésirable apparaît ?

 

Qu’il figure ou non sur la notice, il faut en informer son médecin ou son pharmacien. S’il juge que c’est un effet indésirable grave ou inattendu, il transmet une déclaration au centre régional de pharmacovigilance. In fine, cette procédure peut entraîner une modification de la notice.   

Comment conserver au mieux ses médicaments ?

 

Certains produits, comme les vaccins et les insulines, se conservent au réfrigérateur. Les pharmaciens le précisent toujours ? Les autres médicaments  doivent être conservés hors de portée des enfants, idéalement dans un petit placard, placé en hauteur dans une pièce qui ne soit ni la cuisine, ni la salle de bains, en raison de la chaleur. Il faut ranger chaque médicament dans sa boîte d’origine avec sa notice. Une astuce utile consiste à séparer les médicaments pour adultes de ceux destinés aux enfants, pour limiter le risque d’erreurs.
Il faut aussi trier de façon régulière son armoire à pharmacie et ramener les produits périmés chez son pharmacien en retirant leur carton d’emballage. Enfin, il ne faut pas partager en famille les embouts des pulvérisateurs, par exemple d’eau de mer, en raison du risque de contagion.