Attention à l'hypertension

Guérir d’une hypertension artérielle n’est pas encore possible. En revanche, on peut agir en prévention pour limiter le risque de la voir apparaître, ou de la voir se compliquer quand elle est déjà là.

 

L’hypertension artérielle se définit par une tension (ou pression) artérielle au repos régulièrement supérieure à 14/9 centimètres de mercure, ou 140/90 millimètres de mercure. Le plus souvent, elle ne se manifeste par aucun symptôme et le médecin la découvre par hasard. Cependant, il peut exister des maux de tête le matin au réveil, une sensation de mouches volantes devant les yeux, des saignements de nez ou des bourdonnements d’oreille. Près de 4 millions de personnes en France ont une hypertension artérielle mais ne le savent pas ou ne la traitent pas. Une situation à risque car l’augmentation permanente de la pression artérielle finit par entraîner des lésions du coeur et des artères (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, insuffisance rénale…).

C’est pourquoi il faut faire contrôler sa tension une fois par an dès l’âge de 40 ans pour s’assurer qu’elle est normale, ou pour instaurer un traitement dans le cas contraire.

 

Le mode de vie joue un rôle capital


Les facteurs de risque qui favorisent l’apparition de l’hypertension artérielle sont connus. L’âge en fait partie. Le risque augmente dès 45 ans chez l’homme, 50 ans chez la femme. Le fait d’avoir un père et/ou une mère hypertendus constitue un deuxième facteur de risque.

Ceux dont l’un des parents a été soigné pour une hypertension avant l’âge de 50 ans doivent faire mesurer leur tension une fois par an dès l’âge 20 ans.

Les autres facteurs de risque sont accessibles à la prévention : tabagisme, surpoids, sédentarité, alimentation trop salée, abus d’alcool… Arrêter de fumer, perdre quelques kilos ou augmenter son degré d’activité physique réduit bel et bien le risque de développer une hypertension artérielle au cours de sa vie. Ces consignes font aussi partie intégrante du traitement de ceux qui ont déjà une hypertension, avec la prise de médicaments (1 seul comprimé par jour dans 62% des cas).

Le traitement s’attache également à lutter contre d’autres problèmes de santé éventuels, comme un diabète ou une augmentation du taux de mauvais cholestérol (LDL cholestérol), qui augmentent encore le risque de complications cardiovasculaires. Les objectifs du traitement contre l’hypertension varient d’ailleurs suivant que ces pathologies sont présentes ou non.

 

Une cible et des moyens


Ainsi, pour un hypertendu qui n’a pas de diabète ni d’atteinte de ses reins, le médecin vise une baisse de la tension artérielle en-dessous 14/9. Chez l’hypertendu diabétique, l’objectif est de descendre en dessous de 13/8. Pour maintenir sa tension artérielle sous contrôle, et protéger ainsi son coeur et ses artères, il fautsuivre à la lettre les conseils du Comité Français de lutte contre l’hypertension artérielle.

Surveiller l’efficacité du traitement pour la mesure régulière de sa pression artérielle.

Ne pas oublier de prendre son ou ses médicaments, à heure fixe.

Et ne pas modifier son traitement sans avis médical !

 

L’effet "Blouses Blanches"


Le stress ou la peur peut augmenter la tension artérielle de façon ponctuelle.

Ce phénomène explique l’effet “blouse blanche”, qui consiste en une augmentation de la tension artérielle induite par le médecin ou l’infirmière.

La tension dépasse 14/9 au cabinet médical ou infirmier, alors qu’elle est normale à domicile. Cette situation s’avère fréquente, jusqu’à 30 % des cas dans certaines études.

 

Sources : Comité français de lutte contre l’hypertension artérielle, HAS, theheart.org