L'auto mesure tensionnelle en 6 questions

Encouragée par les professionnels de santé et les Sociétés savantes*, l’auto mesure tensionnelle (AT) est une technique bien codifiée. Sa pratique simple doit être précise et respectée. 

 

 



Qu’est-ce que l'auto mesure tensionnelle (AT) ?

 

« L’auto mesure tensionnelle est la mesure dite consciente et volontaire de la pression artérielle par le patient lui-même* ».

 

Pourquoi faire appel à l’auto mesure tensionnelle ?

 

L’objectif de suivi tensionnel est varié. En début de traitement, lors d’un changement de médicament, ou si une réévaluation semble nécessaire, l’AT permet de suivre l’efficacité médicamenteuse. Chez certains patients sensibles à « l’effet blouse blanche », des mesures au calme à domicile stabilisent les chiffres obtenus.

 

Quel appareil choisir ?

 

 Deux types d’appareils homologués sont disponibles en pharmacie. Les tensiomètres à poignet sont les plus simples à utiliser. Ils nécessitent d’enlever montre ou bracelet, relever sa manche et enfiler le tensiomètre sur le poignet (1cm au-dessus du poignet). Le cadran doit faire face au patient. Les modèles avec un brassard huméral sont les plus fiables. Le bras doit être totalement découvert, le brassard monté sur le bras et à hauteur du cœur. Quel que soit l’appareil choisi, le bras gauche (du côté du cœur) est favorisé.      

                                                                                                                                      

Comment réaliser la mesure ? 

 

Les recommandations officielles* précisent : « Avant de prendre sa tension, ne pas avoir pratiqué d’activité physique ; également ne pas avoir mangé, ni bu de café ou d’alcool et pas fumé durant l’heure précédant la mesure ». Le patient doit être détendu, assis, jambes décroisées, pieds à plat et dos droit. L’appareil est posé face à lui sur une table. Si la mesure est effectuée au poignet, porter le tensiomètre à hauteur du cœur. Si l’appareil est un brassard laisser l’appareil sur la table et y reposer l’avant-bras. La prise de mesure est obtenue en appuyant sur le bouton marche de l’appareil. Ne pas bouger, ni serrer le poing.

 

Quand effectuer les mesures ? 

 

La règle des « 3 » énonce : 3 mesures le matin et 3 le soir pendant 3 jours consécutifs à la même heure. Avant la prise des médicaments, les mesures sont faites à la suite et à deux minutes d’intervalle. En l’absence de raison particulière, ces mesures sont réalisées la semaine précédant la consultation médicale. Selon la situation du patient le médecin traitant peut donner d’autres recommandations.

 

Que faire des mesures 

 

Tous les chiffres affichés sur l’écran du tensiomètre sont à noter par le patient sur le carnet de suivi (jour, heure, mesures, conditions spéciales…). Les mesures notées sont dans l’ordre : la systole, chiffre le plus élevé, c’est la pression sur les artères quand le cœur se contracte ; la diastole, chiffre le plus bas, soit la pression quand le cœur est au repos ; la fréquence cardiaque, ou rythme auquel bat le cœur. Le patient peut avoir un objectif dicté par le médecin.

 

La pratique de l’auto mesure est recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS) : « elle constitue un facteur d’amélioration de l’observance*». L’interprétation des mesures reste un acte médical. Les pharmaciens Giropharm, formés à cet usage sont à la disposition des patients atteints d’hypertension artérielle, pour répondre à leurs interrogations.                                

                                                                                                                                                        

 

*Académie de médecine, Haute autorité de santé (HAS), Société française d’hypertension artérielle (SFHTA), Fédération française de cardiologie (FFC)