Tabac : éviter le syndrome du manque

Dépendance à la nicotine oblige, le fumeur éprouve souvent des difficultés pour arrêter la cigarette.
C'est tout l'intérêt des substituts nicotiniques, qui vont permettre d'éviter le syndrome de manque, responsable de la plupart des rechutes.

 

C'est pour échapper au syndrome de manque en nicotine, la substance responsable du phénomène de dépendance au tabac, que le fumeur est tenté d'allumer une cigarette et d'en inhaler la fumée. Remplacer artificiellement la nicotine par un substitut lui permet donc d'éviter la rechute au cours de son sevrage, avec la possibilité d'associer un ou plusieurs patchs et une forme orale selon le cas. Les substituts présentent peu de contre-indications et sont utilisables dès l'âge de 15 ans. Mais attention, leur effet n'est pas aussi rapide que celui d'une cigarette et ils ne suppriment pas la dépendance comportementale.
 

Une efficacité réelle


Associer au conseil médical, les substituts nicotiques doublent voire triplent les chances de succès après un an d'arrêt.
Plus précisément, les chances de sevrage avec cette méthode qui se traduit par un arrêt total et durable du tabac, augmentent de 74 % par rapport à l'absence de traitement ou à l'administration d'un placebo, et ce, quel que soit le type de substitut, à dosage de nicotine égal. Côté budget, le coût du substitut est inférieur à celui de la cigarette. Il est possible également de bénéficier d'une aide de l'Assurance Maladie à hauteur de 50 euros par personne et par an et de 150 euros depuis septembre 2011 pour les femmes enceintes.

Mais pour mettre toutes les chances de son côté, encore faut-il évaluer sa dépendance à la nicotine, ce qui va permettre de choisir le(s) substitut(s) nicotinique(s), le dosage et la durée du traitement : de 8 à 12 semaines en moyenne, jusqu'à 6 ou 7 mois chez les grands fumeurs.

Un suivi indispensable


Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 95 % des grands fumeurs qui s'arrêtent sans soutien médical rechutent à un moment ou à un autre. Si les substituts nicotiniques augmentent les chances de réussite, elles restent donc faibles sans aucun autre soutien (médical, psychologique). Votre pharmacien Giropharm est à même de vous aider à réussir votre sevrage après une évaluation de votre dépendance à la nicotine et un test de motivation grâce à un suivi personnalisé. Il peut également vous conseiller un traitement approprié contre les effets secondaires (irritabilité, anxiété) : homéopathie, phytothérapie, aromathérapie ... Enfin, rappelons que l'arrêt du tabac n'est pas une question de volonté mais de motivation. Trouver ses raisons personnelles permet d'arrêter plus facilement lorsque survient le déclic.

3 substituts à la loupe

 

Patchs (ou dispositifs transdermiques) : collés sur al peau, ils délivrent la nicotine de façon continue et sans pic sur 24 heures (ils sont alors destinés à éviter la pulsion de la première cigarette du réveil) ou pendant 16 heures).
• Comprimés : à placer sous la langue, ils ne doivent pas être croqués. Ils fondent lentement sous la langue pour délivrer la nicotine.
• Gommes à mâcher : ellles permettent de gérer au "coup par coup" les envies iméprieuses de fumer. Les gommes, qui ne sont pas des chewing-gums, existent en deux présentations selon le degré de dépendance : 2 et 4 mg.

 

La cigarette électronique

Inventée par un pharmacien chinois en 2003 et apparue en France en 2007, la cigarette électronique, ou inhalateur, est un dispositif en forme de porte-cigarette à base de nicotine liquide contenue dans une cartouche. La nicotine arrive sous forme de vapeur dans la bouche (il existe plusieurs dosages de nicotine proposés afin de s'adapter aux différents besoins des fumeurs). Elle maintient donc la gestuelle du fumeur, mais on ne sait pas quels sont les effets secondaires à long terme des composants de ces cigarettes. Pour autant, et dans l'attente d'études plus poussées portant notamment sur les risques de la cigarette électronique, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) recommande de ne pas les utiliser.


DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE PHARMACIEN GIROPHARM.