Trouvez votre pharmacie

Vous êtes pharmacien

Envie de nous rejoindre ?

Connexion adhérents

Sport, courbatures... que faire ?

La reprise du sport est coutumière des beaux jours : envie de bouger, de s’alléger, de se remettre en forme. Après un arrêt passager, les bons gestes ont été oubliés  et le corps vivement sollicité peut réagir désagréablement. Ce sont les fameuses courbatures constatées le lendemain de la séance sportive (entre 12 à 48 h selon l’individu).


Cette réaction musculaire est fréquente, non obligatoire et faussement preuve d’efficacité. Professionnel de santé au quotidien, Giropharm vous informe et vous conseille : le sport, oui mais avec confort !

Les courbatures sont dues à des microlésions¹ musculaires. Elles surviennent après un exercice physique inhabituel, intense ou mal contrôlé. Elles se traduisent par une sensibilité accrue, une raideur, voire une douleur du ou des muscles concernés. Stressé le muscle doit récupérer et il est déconseillé de s’entrainer² avec des courbatures. Pour autant le maintien d’une activité physique moins rythmée (marche, vélo, nage) permet une récupération active et une bonne irrigation du tissu atteint.

Conséquence redoutée d’une intensité sportive retrouvée, les courbatures sont très variables d’un individu à l’autre. Elles ne signent pas l’efficacité d’une séance réussie et s’atténuent avec la pratique. L’objectif de tout sportif est bien sûr de les minimiser.

Un redémarrage organisé permet d’éviter cette étape : s’échauffer suffisamment (15 mn minimum) avant l’épreuve sportive, reprendre progressivement l’exercice (en durée et en intensité) et le conclure en douceur, s’hydrater régulièrement durant (perte d’eau et de minéraux) et après l’effort (élimination des toxines et autres déchets), prendre du temps pour des étirements doux après la séance. Fatigué et fragilisé, le muscle ne doit pas être soumis à des gestes violents. Un massage adapté peut être apprécié et facilite la récupération. Eviter la douche trop chaude…l’eau fraiche voire froide semble³ plus propice. La régularité de l’entrainement assure une pratique facilitée de l’exercice physique choisi.

Une alimentation variée et équilibrée, riche en fruits et légumes, est nécessaire. Sport signifie effort et dépense énergétique accrue. La consommation en sucres lents et protéines doit être suffisante, en prévision de l’activité.

Un certificat médical d’aptitude est demandé par les associations et les fédérations sportives.

En cas d’apparition, la patience constitue le plus sûr des remèdes ! La réparation musculaire varie de 2 à 5 jours. L’application de gel ou crème, stimule la circulation et favorise le soulagement. Des aides sont proposées en homéopathie, aromathérapie ou phytothérapie. Les ultrasons ou autres techniques n’ont, à ce jour, pas montré de preuves suffisantes.

Gênantes quoique le plus souvent bénignes, les courbatures font partie du paysage sportif et peuvent être vues comme le signe d’une zone du corps à réveiller…. Douloureuses elles identifient une fatigue musculaire ou une fragilité qu’il faut considérer. Elles doivent demeurer occasionnelles. Bon sens, méthode et régularité restent les meilleurs atouts. A chacun ses baskets et bonne remise en forme !  

¹ ces petites déchirures créent des œdèmes puis une inflammation responsable de la douleur                               
² un muscle fragilisé est plus propice au claquage ou autre blessure (tendineuse ou articulaire…)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
³ pas de consensus médical à ce sujet